En savoir plus
Congo : Introduction de variétés de manioc sélectionnées pour améliorer la vie de villageois - Latitudes23
391
post-template-default,single,single-post,postid-391,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1200,side_area_uncovered_from_content,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive

Congo : Introduction de variétés de manioc sélectionnées pour améliorer la vie de villageois

Il y a quelques mois, nous avions lancé un appel à projet sur le site internet de LATITUDES 23° pour la valorisation de terres agricoles fertiles menacées par l’implantation d’une cimenterie à Biyoki, un village du Sud du Congo. Suite à cette annonce, de généreux donateurs se sont manifestés et ont permis le financement d’un projet agronomique visant à introduire des variétés améliorées de manioc dont le tubercule constitue l’aliment de base de la population locale.

Lors de sa mission sur le terrain, Xavier-Raphaël SANA avait réalisé un diagnostic agraire confirmant le potentiel agronomique de certaines parcelles autour du village tout en remarquant l’absence d’utilisation de variétés de manioc performantes.

Il a donc été décidé d’introduire la mise en culture de 3 variétés améliorées fournies par un centre de recherche agronomique de la région sur deux parcelles pilotes d’une surface totale d’un hectare. Ces nouveaux cultivars ont été spécialement sélectionnés pour leur haute résistance aux maladies et leur haut rendement agricole.

Les variétés introduites vont pouvoir être multipliées par bouturage dès octobre 2016 pour être ensuite redistribuées aux différents agriculteurs du village. Les familles vont ainsi avoir une production de manioc plus importante ce qui va améliorer leur condition de vie en augmentant les quantités disponibles pour se nourrir et en générant une nouvelle source de revenu.

Nous tenons à remercier tout particulièrement, le chef du village, Samuel Mouanza, et Jean-Victor Makosso, responsable du suivi des cultures, qui veillent au bon déroulement du projet lancé depuis 2 ans.

« Tua telama, tua tunga Biyoki ! »
« Levons nous et bâtissons Biyoki ! »